dimanche 8 février 2009

[Review]Animal Collective "Merriweather Post Pavillon"

Apparemment, certains ont eu des difficultés à trouver quelqu'un pour écrire une mauvaise critique sur le dernier Animal Collective. C'est parce qu'ils ne me connaissent pas, sinon ils auraient fait appel à moi...


Ma première rencontre avec le groupe a eu lieu à l'occasion de "Sung Tong", qui avait reçu à l'époque de très bons commentaires chez beaucoup de critiques éclairés. Et moi, je n'aimais pas. Mais vraiment pas. J'ai donc mis de côté ce groupe, choix confirmé par des critiques équilibrées concernant les opus parus par la suite (c'est fou ce qu'ils produisent, en plus !).

Et puis, en ce début d'année glacé, alors que je me complais à écouter le dernier Kanye West, je suis troublé dans ma quiétude américaine vocodée par des dizaines de petites voix qui, sur mon Google Reader, me disent "Album de l'Année". Ils me disent pop psychédélique géniale et originale, mais accessible quand même. Et comme je n'écoute pas que du vocoder, mais aussi l'excellent "Lightbulbs" de Fujiya et Miyagi (que je chroniquerai bientôt ici), je me dis que je suis prêt à affronter un autre album de pop accessible, même si il est psychédélique (et vice et versa, comme diraient "les Inconnus").

Sauf que je ne dois pas fumer la même herbe que tous mes confrères critiques. Alors, voilà, je ne trouve pas cet album accessible. Accessible, pour moi, cela veut dire qu'il évoque et provoque des émotions directes, qu'il donne envie de bouger ou de se plonger dans l'introspection, qu'il fait sourire ou pleurer. Bref, qu'il ait un effet. Le seul effet que Animal Collective a sur moi est un mal de tête.

Parce que je m'acharne. Je le ré-écoute plusieurs fois. J'essaye même de comprendre (oui, la musique peut aussi être une entreprise de réflexion, permettant alors seulement d'accéder aux émotions, même si tous le monde ne semble pas partager cet avis). Et alors, je ne peux plus percevoir que ces deux voix totalement insupportables, ces claviers agaçants ("Brothersport", une merveille ? J'y ai presque perdu mes yeux, ils ont failli sortir de leurs orbites poussé par mon cerveaux qui grossissait avec les sons de claviers de ce morceaux), ces constructions sans queues ni têtes.

Je reconnais le travail d'orfèvre, l'intégrité artistique et la volonté de produire un album cohérent. Je reconnais même que "My Girls" pourrait, grâce à une mélodie qui reste en tête, être une bonne chanson si on la remixait un petit peu pour lui donner un peu de punch. Mais bon, mon amitié pour Animal Collective s'arrête là, et je préfère me replonger dans mes musiques convenues mais qui provoque chez moi peut-être pas beaucoup d'émotions très nobles (envie de bouger son cul, de sauter contre les murs, de baiser la première chose qui se présente) mais qui sont agréables finalement. L'opposé de ce "Merriweather Post Pavillon", quoi.


Pour écouter, rendez-vous sur leur MySpace : http://www.myspace.com/animalcollectivetheband

6 commentaires:

Claire a dit…

:D en même temps, quand on se connaît bien soi-même, on sait si il faut ou pas écouter Animal Collective. C'était couru d'avance, non?

Yann Lebout a dit…

Beh oui, sans doute. Mais en même temps, j'ai gardé cette naïveté d'enfant, cette pure candeur. Et puis, avec toutes les critiques dithyrambique que j'ai lues partout, je me disais que tout le monde devait aimer cet album, même moi...


Peut être que je dois devenir adulte et accepter que jamais je n'aimerais Animal Collective...

Erwan a dit…

Ce qui m'a beaucoup étonné ce sont tous ceux qui disaient ne pas aimé Animal Collective avant et qui se sont convertis avec cet album. Tu as le mérite de garder une certaine cohérence (mais Brothersport quand même, non? vraiment rien? ;-)

marc a dit…

Il ne doit pas y avoir d'"album obligatoire". Comme dans ton aversion envers Merriweather etc... il n'y a qu'une subjectivité qui n'arrive pas à s'émouvoir, il faut tout simplement en déduire qu'Animal Collective est un groupe qu'on "sent"... ou pas.

Mais plus qu'un mal de tête, c'est une envie de gigoter qui m'étreint.

Avec le recul, je pense que le précédent était plus profond, avec des moments hauts plus hauts et le reste qui essayait d'être vraiment différent, alors qu'ici on a l'impression d'un même procédé qui marche parfois et parfois non.

Vive le pluralisme!

Paul a dit…

bah chacun ses goûts, pour ma part, j'ai plus de mal à écouter fujiya&miyagi, ça m'ennuie. on m'avait conseillé le premier album, sympa le clip ankle anjuries, pour le reste très soft, bien en fond sonore pour se détendre en gardant de la positivité. A la première écoute de lightbulbs, j'ai pensé que c'était la même chose alors bon..

Pour animal collective, j'aime son euphorie. Ce qui m'étonne aussi c'est que les critiques font un focus sur MyGirls dont je ne suis pas fan de la construction qui semble inaboutie, alors que l'on parle peu de Summertime Clothes qui est beaucoup plus vendable à mon sens.

Mais il faut des critiques négatives qd mm.

Yann Lebout a dit…

Ce matin, en arrivant à Radio Campus (ULB), j'allume le poste de radio de la salle de rédaction , qu'est-ce qui me bondit à l'oreille, à 6h35 du matin, Brothersport de Animal Collective.


Le monde s'acharne contre moi ;)


Je crois en effet que je n'aime pas Animal COllective simplement pour des raisons de sensibilité sonores personelles. Simplement les sons des harmonies vocales et des claviers m'irritent profondément. Bref, je crois effectivement que je ne sens pas Animal Collective