samedi 14 juin 2008

[Nights]Vert Pop

Quelle joie de finir ses examens, on se sent motivé à faire la fête jusqu'au bout de la nuit. Justement, ce vendredi se tenait la soirée annuelle du parti Ecolo baptisée Vert Pop. Proposant une affiche relativement attractive, et n'ayant rien de mieux en tête, je me suis fourvoyé des dix euros d'entrée pour pénétrer dans l'univers vert des nuits bruxelloises.

D'habitude, je sort pour la musique uniquement : seule la musique compte et le lieu, finalement, importe peu. Pourtant, il faut bien admettre que ce vendredi, le lieu contribuait largement au succès de la soirée. Ecolo a en effet décidé d'investir l'église désacralisée de Gésu, en face du Botanique. C'est dans le corps de cet église qu'étaient montés podium, scène, sonorisation et jeu de lumière. Dans ce genre de cas, ça passe où ça casse : soit le son est pourris, les jeux de lumière inexistant et la salle devient alors très froide, soit le lieu s'inscrit dans l'ambiance de la soirée et on peut alors obtenir un effet exceptionnel. C'est un peu ce qui s'est passé hier... Bien sûr, il n'est pas envisageable de sonoriser une église comme on sonorise une boite : à plus de 10 mètres des baffles, on n'entend plus grand chose, et de manière générale, l'ensemble des basses se mixent dans un brouhaha sonore. On peut donc difficilement apprécier cela d'un strict point de vue musical. Néanmoins, quand les choix des DJ sont judicieux et quand c'est accompagné, comme c'était le cas hier, de jeux de lumière efficace, on oublie vite cette mauvaise qualité sonore pour se laisser emporter dans l'ambiance.

Un lieu inspirant

En effet, on a vite l'impression de retourner 25 ans en arrière, dans ces mythique "rave" dans des lieus abandonnés avec grosses basses et "lieux volés". Si les premiers à jouer sont typique de la nouvelle french touch du label Kitsune (en gros, ce que faisait Daft Punk il y a 10 ans, plus ou moins modernisé, et encore), le live d'Autokratz passe dans ses meilleurs moments de références comme The Hacker à Doplereffekt. Dans ses pire, cela ressemble plus à Tiga ou Mondotek, mais, dans l'ensemble, j'ai assez apprécié (sauf les passages vocaux, avec un micro beaucoup trop puissant et une voix pas des plus intéressante). Ensuite, c'est un des membres de Klaxons qui se met derrière les platines. Honnêtement, j'était plus que dubitatif sur ce qu'on allait avoir : souvent, ce genre d'apparition est l'occasion de proposer un set composé de tous les titres connus de tous, de quelques morceaux du groupe, et donc quelque chose de complètement inintéressant. Il n'en fut rien ! Notre ami nous a offert un set techno puissant lorgnant de temps en temps vers l'EBM. Jouissif avec le laser, les néons et le décors. La seule chose à reprocher à cette prestation, c'est sa durée : une heure ! Rien à faire, je ne comprend pas comment un artiste accepte des prestations aussi courte et comment des organisateurs se fourvoient là dedans. Difficile de ne pas voir une malhonnêteté envers le public, en mettant en grosses lettres un gros nom, qui jouera finalement très peu. Bref, je suis déjà hyper sceptique vis-à-vis de la tendance à inviter des groupes de lives en DJ Set, encore plus quand il s'agit de DJ Set d'une heure...

Après cela, c'est notre Tom Barman national qui a pris les commandes. La dernière fois que je l'avais vu en DJ Set, il avait offert un set d'électro-house bien breaké et efficace, j'en avais gardé un très bon souvenir... Ici, il faut bien admettre que j'ai été fort déçu ! Au bout d'une demi-heure, il était toujours coincé dans ses disques d'électro minimou chiante. Cela, et la session d'examen qui venait de se terminer, a eu raison de ma résistance et j'ai donc décidé de quitter les lieux pour regagner mes pénates.

Bref, une soirée fort agréable et peut-être un rendez-vous à garder dans un coin de sa mémoire pour son équilibre entre originalité et finalement un public extrêmement mainstream. Au delà d'une soirée d'un parti politique, il s'agit vraiment d'une soirée agréable !

2 commentaires:

Claire Huysegoms a dit…

Bel article!
Je déplore toutefois que tu n'ai pas jugé utile de mentionner la pré-soirée Happy Hippies Party...
:)

Charline a dit…

Oui, bel article. Je n'aurais pas su dire le tiers du quart de tout ça... Et pourtant j'y étais !

(Ce qui est magnifique, dans ton texte, c'est que "regagner ses pénates" ne prend pas une heure et quart)