vendredi 2 janvier 2009

[URL]www.searchme.com

Le monde semble s'être réveillé et a remarqué que Google était un gros quasi-monopole. Je vais pas dire que je l'avais bien dit, parce que je ne vous l'avais pas dit. Mais bon, en même temps, c'est pas du neuf. Il y a deux ans, j'écrivais pour un examen d'informatique et de réseaux les dangers que représentent Google pour la liberté du net.

Il faut néanmoins relativiser un peu le totalitarisme Googlien. Il est vrai que Google semble inébranlable sur ses core activities que sont le moteur de recherche et la monétisation. Difficile aussi de ne pas nier la force de la messagerie de Google qui, sans en connaître les statistiques, me semblent tout doucement prendre des parts à nos amis de Microsoft.

Néanmoins, sur des activités connexes, Google ne s'impose pas partout. Orkut a quand même du mal à s'imposer mondialement face à Facebook et MySpace, et même si Blogger est le plus gros site social (ce qu'il n'est pas vraiment), les concurrents WordPress et TypePad sont loin d'être anecdotiques (sans parler des exceptions locales Skyblog).

Chrome de son côté, malgré son "approche révolutionnaire", a du mal à décoller en Europe. Picasa est largement largué par Flickr et on ne voit toujours pas de solution de monétisation pour le gros bouffeur de bande passante YouTube.

Enfin, même si Google Docs commence à se faire son trou, on peut dire que GTalk rese largement minoritaire pour tout ce qui est communication instantannée d'ordinateur à ordinateur par rapport aux propriétaires indéboulonables MSN et Skype.

Mais le danger existe : une entreprise contrôle un part très importante de l'accès à l'information sur le net, que ce soit via la recherche ou la pub. Elle a donc un pouvoir considérable sur le contenu du net, en organisant son accès. Je considère donc important de rester attentif à d'autres possibilités d'accéder à cette information.

Et le moteur de recherche searchme.com me semble une alternative intéressante. Google s'est imposé avec un moteur simple et léger, grâce à une forme d'austérité qui donne l'impression de l'objectivité. Mais le tournant social pourrait bien changer cette recherche absolue d'objectivité sur le net. Les utilisateurs pourrait être de plus en plus à la recherche d'avis argumentés mais orientés, et moins de données brutes non traitées.

Searchme.com pourrait alors offrir ce type de présentation de l'information au sein même d'un moteur de recherche. Fini donc la présentation austère et place à une interface toute en flash où l'image prend la place du texte. Le résultat d'une recherche est ainsi affiché sous forme d'une miniature de la page web (ou de l'image, ou de la vidéo) qui peut être "presque" lue à l'intérieur du moteur de recherche.

Mais au delà de l'interface, d'autres fonctions attirent l'attention. La possibilité de rechercher par catégories alors que l'on tape les mots clefs de la recherche (musique, cinéma, gastronomie, marketing,...) et donc limiter les résultats à ceux qui concernent nos désidératas. Et surtout, la fonction de piles (stack en anglais) qui permet de créer un ensemble de références de recherche autours d'un thème (de "Obama shirtless in Hawaï" affichant photos et vidéos à "Today's Top News" reprenant un ensemble de référence des sites d'information en ligne américain). Chaque utilisateur peut se créer des piles, les partager. En somme, del.icious au sein même du moteur de recherche.

Est-ce que ce moteur concurrence directement Google ? Sans doute pas... La version lite du moteur, avec une interface flash plus réduite, propose directement des publicité de Google. Les référencements de vidéo proviennent presque tous de YouTube. Néanmoins, le confort d'utilisation quand il s'agit de réaliser une recherche plus profonde que les trois premiers liens et les fonctions sociales directement implantées dans le moteur en font une alternative pas totalement inadéquate. Une autre manière d'accéder à l'information, et donc peut-être une manière d'accéder à une autre information.

4 commentaires:

Edouard Seynaeve a dit…

J'aime beaucoup le début de l'article.
Mais searchme.com j'y crois pas une seconde. C'est vraiment joli et sympa. Mais un défilement à la "coverflow" n'irra jamais aussi vite qu'un bon pavé de texte bien mis en page.

Yann Lebout a dit…

Effectivement, si la paradigme reste la vitesse, searchme.com ne marchera jamais.
Son statut hybride entre partage de lien et moteur de recherche va effectivement rendre complexe son adoption.
Mais si la validation du contenu par d'autres facteurs que les liens entrants et sortants et l'argent investi deviennent plus importants lors d'une recherche sur Internet, alors ce type de moteur a quelques atouts à jouer.

Simon a dit…

searchme.com ne marchera pas parce que ça ne marche pas.

Tapez "Adopte Un Mec" (reflexe pro que voulez-vous) et il ne trouve pas le site. Par contre des trucs de cul, des pages dans des langues étrangères (au moins 4 différentes), des conneries de sonneries de portables... aucun soucis.

Je veux bien que ça ne soit qu'une beta, mais une beta aussi mauvaise faut pas la proposer au public.

Yann Lebout a dit…

Tiens oui, c'est comique... Dans ce cas là, c'est assez débile effectivement, et indéfendable. Je crois que le moteur a un problème avec les autres langues que l'anglais...


Néanmoins, j'ai effectué ma première recherche sur web 2.0, et j'ai pu y trouver des liens vraiment intéressant auquel je n'avais pas accès via Google. Tout ça pour dire qu'on s'est tellement habitué aux référencement par Google qu'on croit, à tord selon moi, que c'est le référencement naturel du web. Et c'est pour cela qu'il est important de voir d'autres alternatives.

Maintenant, il est clair que Searchme est une expérience qui n'est pas utilisable comme premier moteur de recherche actuellement (je ne l'utilise pas comme ça, même si ses fonctions de lecture directe de média le positionne plutot comme ça). Néanmoins, en cas de recherche plus approfondie, je le trouve très agréable à utiliser...